plastie abdominale

Accueil / esthétique / chirurgie de la silhouette / plastie abdominale

silhouette-bras.jpg

ANOMALIES ET CONSEQUENCES

La paroi abdominale peut être dégradée dans diverses circonstances : grossesse, amaigrissement, prise de poids, effort musculaire violent, ou intervention antérieure sur l’abdomen.


L’intégrité de la paroi abdominale est restaurée par une intervention nommée plastie abdominale.


Le but de la plastie abdominale est double :

 

– Esthétique :


restaurer les lignes harmonieuses concaves et convexes qui définissent la beauté du ventre ;

– Fonctionnel :


restaurer la tonicité et la solidité de la paroi musculo aponévrotique, ce qui permet d’éviter de nombreuses douleurs dorso lombaires et des problèmes musculaires pelviens à l’origine d’incontinence urinaire.

Trois types d’interventions sont le plus couramment pratiqués : la plastie abdominale classique avec transposition de l’ombilic, la mini plastie abdominale et la lipoaspiration, dont les indications respectives dépendent des conditions anatomiques locales et du souhait de chaque patiente.

ANATOMIE MORPHOLOGIQUE

DE LA PAROI ABDOMINALE

La paroi abdominale est constituée de 3 éléments : la peau, la graisse sous cutanée, les muscles et leurs aponévroses.


Le plus fréquemment, les 3 éléments de la paroi sont touchés, mais à des degrés variables.

 La peau


Elle est diversement détériorée : distendue, en excès, amincie, ou vergeturée.


Son traitement repose sur l’exérèse cutanée et sa remise en tension au moyen d’une suture fasciale et d’un lambeau d’accolement selon une technique originale.

 La graisse


Souvent retrouvée en excès, la mesure de l’épaisseur du pli cutané permet de la quantifier en pinçant la peau entre pouce et index, les muscles sous-jacents étant contractés. Le pli cutané de référence est celui de la face interne du bras. Un pli cutané supérieur à celui du bras signe un excès graisseux.


Cet excès est traité par lipoaspiration – ou liposuccion – si le pli cutané dépasse 2 cm d’épaisseur. En deçà, l’aspiration est contre-indiquée car dangereuse pour la vitalité de la peau.

 La paroi musclo aponévrotique


Elle est constituée des muscles grands droits de l’abdomen – ou muscles abdominaux –, des muscles obliques et de leurs apovévroses respectives.

La paroi abdominale

 

Les 2 muscles grands droits sont accolés en regard de l’ombilic : absence de diastasis

Les muscles grands droits de l’abdomen

 

Au nombre de 2, ils s’étendent verticalement des dernières côtes jusqu’au pubis en circonscrivant l’ombilic. Leurs bords internes sont intimement accolés sur la ligne médiane. Parfois, ces deux bords se désolidarisent verticalement l’un de l’autre formant le diastasis des muscles grands droits, qui peut être complet, de l’appendice xiphoïde en haut, jusqu’au pubis en bas, ou concerner seulement la zone sous et péri ombilicale. La palpation du ventre, permet le diagnostic.

Les causes sont variables. Le diastasis est par exemple un des mécanismes physiologiques de la grossesse qui permet à la cavité abdominale de se développer. Dans certains cas, il disparaît 4 à 6 mois après l’accouchement, surtout si la tonicité musculaire abdominale avant la grossesse était de bonne qualité. Sinon, il s’atténue sans disparaître complètement. Ailleurs, c’est après une prise de poids, ou un effort chez un sportif qu’il peut se développer.

​Les associations au diastasis

 

On peut constater une simple distension de l’orifice ombilical et excès graisseux modéré à l’origine d’un « petit ventre rond ».

Cette distension peut évoluer vers une hernie ombilicale, qui est systématiquement recherchée, sous la forme d’une masse de volume variable, bombant dans l’ombilic et parfois douloureuse. Une hernie de volume modéré doit toujours faire craindre l’évolution vers des complications digestives. Son traitement s’intègre dans celui de la plastie abdominale.

 

 

Les conséquences du diastasis

Elles sont esthétiques par dilatation de la cavité abdominale. Il s’agit d’un point faible et sous l’effet de la poussée des organes intra abdominaux vers l’avant, les muscles et le diastasis s’étirent et s’ouvrent accentuant encore l’aspect de « ventre rond ». Mais les conséquences sont également fonctionnelles. Parfois à l’origine de douleurs, notamment à l’effort, ce diastasis contrarie le fonctionnement normal des muscles dorsaux et para lombaires, source de nombreuses douleurs dorso lombaires, ainsi que le fonctionnement des muscles pelviens, à l’origine de l’affaissement des organes pelviens et de son cortège de problèmes gynécologiques et urinaires. La musculation des parois de la cavité abdominale améliore souvent de nombreux lumbagos et incontinence urinaire.

Le traitement du diastasis

Un ventre parfaitement plat ne peut être obtenu sans corriger le diastasis : l’exérèse des excédants de peau et de graisse ne suffit habituellement pas à redonner au ventre un bel aspect esthétique.
Le diastasis est obturé sur la ligne médiane par l’intermédiaire d’une suture solide des 2 bords internes des muscles grands droits, en deux plans : plan profond par points en X au fil non résorbable n°1 doublé par un plan superficiel au fil résorbable n° 1.

Les muscles obliques de l’abdomen

Ils ferment la cavité abdominale latéralement, de chaque côté des muscles grands droits et sur les flancs. Grand et petit obliques sont parfois distendus, et peuvent faire l’objet de plicatures afin de les renforcer et d’affiner la taille.

Avants / après  

CHIRURGIE DE LA SILHOUETTE

Cela peut aussi vous intéresser...

MON CABINET

10 rue Quentin Bauchart

75008 Paris, France

MES HORAIRES

Du lundi au vendredi : 8h-19h

samedi : 8h-12h

ME CONTACTER