Le MICRO COURANT



La première étude importante des effets du micro courant électrique sur les cellules date de est publiée par CHEN en 1982.


Il a pu démontrer que l’application d’un courant électrique de 10 à 1000 micro ampères sur l’épiderme de rat avait les actions suivantes :


    –augmentation de la concentration d’ATP dans les tissus ;

    –augmentation de l’incorporation des acides aminés dans les protéines.


De plus, le transport des acides aminés à travers la membrane cellulaire était stimulé entre 500 et 750 micros ampères.


Il faut attendre 2014 et la présentation de KLOTH Luther C. pour réellement préciser le type de courant effectif. Il a montré que:


    – le courant direct continu de 200 à 800 micro ampères accélère la cicatrisation des ulcères ischémiques ;

    – le courant pulsé de haut ou de bas voltage, mono ou diphasique, a également une action positive sur la cicatrisation des plaies.


Deux types de pansements électrifiés ont déjà été mis au point pour la cicatrisation des escarres.


Il s’agit de pansements électrifiés imbibés de circuits : le Posifect*(micro-ampère et courant continu) et le Procellera*, possédant 25 micros batteries qui délivrent du courant à 0,6 V et à 10 micro ampères à la surface de la plaie. Ces pansement semblent efficaces mes très peu utilisés en France.


De toute façon, toutes ces expériences et ces publications ne concernent que les pertes de substances cutanées larges comme les escarres ou les ulcères variqueux.


Aucune étude, à ma connaissance, n’a jusqu’à présent été effectuée sur la cicatrisation des plaies chirurgicales et sur le vieillissement de la peau.


J’exclus les applications sur les tendons, les muscles et les articulations qui sortent du domaine de mes compétences.


A ce titre, l’utilisation du système Skeen Patch* me parait extrêmement intéressante tant expérimentalement qu’à visée thérapeutique. Certains médecins s’intéressent à ce système et l’utilisent régulièrement tel le Dr Ali Afdjei à Versailles.

Les effets du micro courant sur certains aspects de la cicatrisation n’ont jamais vraiment été étudiés : migration et prolifération cellulaire, contraction des cicatrices, inflammation, synthèse et sécrétion de la matrice extracellulaire, des protéines et des cytokines, voire interaction anormale entre épiderme et cellules mésenchymateuses du derme.


Des anomalies de ses séquences de la cicatrisation ont pu être décrites lors de l’apparition de l’hypertrophie des cicatrices et des cicatrices chéloïdes.

Il est presque certains que le micro courant est une voie d’avenir dans l’amélioration de la rapidité de cicatrisation et sans doute de sa qualité.


D’ ailleurs, la dernière étude parue va dans ce sens. Yin Long de  l’université du Wisconsin a montré en 2018 qu’un bandage dont l’électrification est assurée par des nano générateurs sensibles aux mouvements du corps d’un  animal, permet la cicatrisation d’une plaie en 3 jours au lieu de 12 jours( sur la zone témoin avoisinante). Le champ électrique facilite la migration des fibroblastes, leur prolifération et leur différenciation, autant de facteurs très importants dans le phénomène complexe de la cicatrisation.


L’étude de l’effet du micro courant sur l’amélioration de la qualité des cicatrices sera également importante a effectuée sachant l’extrême fréquence des cicatrices dans la population. La pathologie des cicatrices reste  très invalidante tant sur le plan physique que psychologique ce qui est souvent méconnu.


Micro courant et qualité de la cicatrisation des plaies, notamment chirurgicales et en esthétique représentent par conséquent une orientation qui me semble extrêmement prometteuse débordant même vers le domaine du vieillissement cutané. Je suis actuellement personnellement impliqué dans plusieurs études à ce sujet  en collaboration avec  plusieurs  laboratoires et ne manquerai pas de vous tenir informé de leurs résultats dans ce blog.

51 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout